Rencontre avec ISABELLE MOLINARD

Extrait de Matou Chat N°14

Par Brigitte Bulard-Cordeau

Les chats ont une noblesse naturelle que j’aime mettre en valeur

Adélaïde, en robe du dimanche, froncée sous la poitrine, regarde par la fenêtre, curieuse comme un chat. Adèle pose avec une écharpe assortie à la couleur de ses yeux. Balthazar, le notable en col blanc, Barnabé dans son habit rouge, brodé d’or, chemise plissée à col montant, s’impose par son élégance, Indyan, yeux verts et veste verte, brille par son harmonie… Avant de peindre les chats habillés, Isabelle Molinard était illustratrice. Pour les journaux, l’édition, la télévision, la publicité. A-t-elle changé de cap ? Pas vraiment si l’on considère que l’illustration consiste bel et bien à habiller un texte, un document.

Sur une toile de lin, elle utilise la vinylique ou l’acrylique, pour représenter les félins en habits de soie ou de velours. Belles matières et belles manières vont de pair. Ces pachas s’imposent par leur rang, sont-ils juges, magistrats ? Leur regard scrutateur et leur allure seigneuriale reflètent leur esprit. Les chats ne sont-ils pas supérieurs ? Leurs yeux captent les mouvements de notre âme. Et rien ne leur échappe.

Isabelle Molinard peint des Norvégiens, Persans, Siamois, Sacrés de Birmanie, Scottish, chats tigrés ou autres au regard perçant. Y-a-t-il un message derrière leurs yeux de lynx et leur robe de juge ? La parole est à l’artiste.

Brigitte Bulard-Cordeau. Comment passe-t-on du métier d’illustratrice à celui de peintre d’animaux ?

Isabelle Molinard. Je ne me considère pas vraiment comme peintre animalier. J’ai été plusieurs années illustratrice pour l’Edition (principalement les livres pour enfants), puis pour la Presse, la Publicité, la TV, et vint le besoin de changer. De format, de support, de matière et surtout, peindre uniquement ce dont j’avais envie. C’est ainsi qu’après une période « trompe-l’œil », le thème du chat est ressorti et qu’il s’est imposé à moi dans une série d’ailleurs non prévue au départ.

BBC. Parmi vos animaux habillés, le chat trône, imposant et raffiné dans ses vêtements luxueux et soignés. Pourquoi habiller le chat?

IM. Si le chat est fascinant par son esthétique, sa félinité, il est aussi captivant par son regard que par ses attitudes. Le fait de l’habiller permet, d’après moi, de mettre en évidence certains traits de son caractère, de sa personnalité et pourquoi pas, lui donner une dimension humaine dont il n’est peut être pas si éloigné…

BBC. Les portraits ne montrent que la tête et le buste parfois jusqu’à la taille, est-ce à dire que vous donnez la priorité à la pensée et aux sentiments du chat (tête et cœur) plus qu’à son autre aspect de la félinité, le corps, les pattes qui représentent l’agilité ?

IM. Il me semble que tout ou presque passe par le regard, chez l’homme comme chez l’animal, et c’est ce qui m’intéresse parce que c’est une part de mystère sans fond ni fin.


Suite de l’article,  se procurer le N°14 de Matou Chat


Version téléchargeable >>>

Version papier >>>