LE RAGDOLL, l’idole

Extrait de Matou Chat N°16

Texte de Brigitte Bulard-Cordeau

Le Ragdoll, on en raffole. Non seulement pour son profil en toboggan, qui amuse les enfants, sa robe de soie qui se déploie au moindre souffle d’air, mais pour son tempérament, sa zénitude. C’est pour son total relâchement lorsqu’il est dans nos bras qu’on l’appelle « poupée de chiffon ». Est bien mal inspiré qui le croit « mou comme une chiffe ». Comme tous les autres, ce chat a ses quarts d’heure de folie.

Prenons le temps de remettre les pendules à l’heure. Selon la légende, le Ragdoll est né d’une chatte persane blanche, qui, victime d’un accident avant la mise bas, aurait eu des chatons insensibles à la douleur. Cela expliquerait le laisser-aller de ce chat géant que l’on appelle « poupée de chiffon » (en anglais, rag veut dire chiffon, doll, poupée) !

En réalité, le Ragdoll est né en Californie. Il a pour ancêtres une chatte blanche à poil long, nommée Joséphine, dont le fils, un chat ressemblant à un Sacré de Birmanie, répondant au nom de Daddy Warbucks, est le papa de notre Ragdoll.  Ann Baker, la créatrice de la race, procéda à de nombreux croisements avec des Persans, des Burmese… jusqu’à ce que la race soit reconnue d’abord en 1966 aux USA, puis en 1980 en Angleterre. Très répandu Outre-Manche, il remportera un vif succès en Australie. Le Ragdoll est arrivé en France en 1986, importé par Noëlle Vialatte, fondatrice du Ragdoll club France.

La traduction anglaise de Ragdoll, poupée de chiffon, en référence aux poupées du début du siècle dernier, laisse entendre que ce chat est complètement détendu et se relâche totalement dans nos bras. Cependant, il semble que le terme ait été employé abusivement. Dans les années 60, au moment de la création de la race, Ann Baker laissa entendre que ce chat était insensible à la douleur, voire génétiquement modifié. C’est proprement inimaginable, selon les spécialistes de la race.

Pied de nez à la légende

Côté éleveurs, on est unanime. Si le Ragdoll est particulièrement confiant, – notamment  s’il a bien été socialisé – le Ragdoll reste un chat. Un être sensible.  Rien à voir avec un mollasson, inerte et indifférent à son entourage. Au contraire, il est attentif et partage avec nous chaque moment de vie. Physiquement il possède une belle musculature. Cela semble bel et bien aller de pair avec un certain dynamisme, non ? Voilà pour le pied de nez à la légende.

Fait original, le Ragdoll est la seule race de chat dont le nom provient du caractère. On connaît davantage les chats de race par leur nom à connotation géographique : le Birman, systématiquement lié à la Birmanie, le Persan, qui fait tout de suite songer à la Perse… S’agissant du Ragdoll, on sait d’emblée que ce chat dit « poupée de chiffon » a le comportement facile. C’est aussi pour cette raison qu’il fait de plus en plus d’admirateurs, statistiques à l’appui, et plaît autant aux grands qu’aux petits. On peut être seul, en couple, en famille, être jeune ou senior, peu importe, le Ragdoll séduit son monde. Ce chat de race est un merveilleux chat de compagnie.

Etes-vous en train de lire, de travailler devant l’ordinateur, regarder la télé ? Votre ami chat est là, tout près de vous. Tout l’intéresse. Passez-vous à la cuisine, éplucher les légumes, faire la vaisselle ? Toujours là pour vous ! Et avec les enfants, il s’installe auprès d’eux pour regarder les dessins animés, dessiner ou faire les devoirs. Pour les câlins, quelle aubaine ! Les petits en font leur doux compagnon. Avec le Ragdoll, ça colle !

Poupée de chiffon, avez-vous entendu ? Légende que tout cela. Certes, ce n’est pas un hyperactif, on ne peut le comparer à un Oriental par exemple mais il participe à notre quotidien. Il est calme et équilibré. Parlons plutôt d’un chat au grand cœur.


Suite de l’article,  se procurer le N°16 de Matou Chat

Version Téléchargeable >>>

Version papier >>>