L’arthrose, ça se soigne ?

Extrait de Matou Chat N°26

Par le docteur vétérinaire Julie TRIBOUT

Certes il est possible de soulager les douleurs de nos petits félins, mais encore faut-il ouvrir l’œil pour s’apercevoir qu’ils souffrent !

L’arthrose est au centre de nos préoccupations : sachant qu’un chat n’exprime pas facilement sa douleur, il convient de la détecter au plus vite pour pouvoir agir efficacement.

Au cours des dernières décennies, l’espérance de vie des chats domestiques a considérablement augmenté. Cela est dû à la meilleure qualité des soins qui leur sont donnés, et par une amélioration de l’alimentation en général. Les chats âgés, donc de plus de 10 ans, représentent aujourd’hui une part non négligeable de la population féline, soit environ 30%. Ceci explique pourquoi aujourd’hui, l’arthrose est au centre de nos préoccupations.

Qu’est-ce que l’arthrose ?

L’arthrose se définit par « une destruction progressive du cartilage articulaire, qui a pour fonction de faciliter les mouvements des os les uns par rapport aux autres, et par une production osseuse dans et autour de l’articulation ».  Autrement dit, le cartilage s’abîme pendant que l’os produit des petites excroissances, autant de choses qui peuvent provoquer de la douleur, mais aussi de la raideur et une gêne mécanique à la locomotion. Ce phénomène peut toucher n’importe quelle articulation du corps.

Les causes d’apparition de l’arthrose sont les suivantes :

L’usure naturelle, due au vieillissement du corps, qui survient généralement après 10 ans,  et le plus souvent au niveau des coudes et des hanches chez le chat.
On l’appelle l’arthrose primaire.

L’usure prématurée due à  un traumatisme : après un accident par exemple, si le cartilage à l’intérieur de l’articulation est endommagé, l’arthrose peut survenir rapidement.
On l’appelle donc l’arthrose secondaire, elle est moins fréquente.

Comment savoir si votre chat souffre d’une telle pathologie ?

Comme nous l’avons dit, un chat est un animal discret qui n’exprime pas forcément sa douleur ou l’exprime de façon différente par rapport aux chiens. Les signes généraux de vieillissement prennent plus d’importance au-delà de 10 ans, et c’est précisément à ce moment qu’il faut renforcer sa vigilance. Il s’agit d’observer votre chat au quotidien, dans son milieu de vie habituel, et de remarquer les petits changements de comportement qui pourraient survenir chez votre Minou.

A savoir :

Une perte de mobilité : il peine à monter sur le canapé ou sur les meubles, voire n’y monte plus. Il joue moins, rechigne à sortir, ne vous rapporte plus de trophée de chasse.
Il évite les caresses, s’isole pour ne pas être touché, il peut même montrer de l’agressivité dans certains cas de douleurs importantes.
La malpropreté peut survenir également, si le bac à litière est trop haut pour lui et qu’il a mal à chaque fois qu’il doit s’y rendre.
Son pelage est terne et emmêlé dans certains cas, tout simplement parce que faire sa toilette dans des positions qui lui font mal, c’est trop désagréable et pénible, si bien qu’ils ne la font plus.


Suite de l’article,  se procurer le N°26 de Matou Chat

Version Téléchargeable >>>

Version papier >>>